Petite mise au point sur le cas de l’université Lyon 2, qui est au centre de tous les débats depuis son éviction de la construction de l’université-cible…

13 décembre 2017. Suite à une réunion à couteaux tirés à l’Université de Lyon (UdL), un communiqué de presse est signé par onze chefs d’établissements (tous ceux impliqués dans l’Idex, sauf la présidente de Lyon 2, Nathalie Dompnier) et marque la mise à l’écart de Lyon 2.

Cette mise à l’écart fait suite, aux dires des chefs des établissements porteurs de l’Idex, au refus de N. Dompnier de dialoguer. À l’inverse, l’équipe présidentielle de Lyon 2 affirme être ouverte à la discussion, mais rejette les Principes incontournables sur lesquels elle est censée se fonder. Dans le procès-verbal du CA de l’UdL de décembre, on peut lire :

2018 12 ca udl l2

15 décembre 2017. Le CA de Lyon 2 adopte la motion suivante (par 17 voix contre 4), affirmant à nouveau sa volonté de participer au dialogue qui lui est refusé :

Le Conseil d’administration de l’Université Lumière Lyon 2, dans le prolongement de ses discussions et des débats qui ont eu lieu en assemblées générales des personnels, affirme la participation de l’Université Lumière Lyon 2 à la construction de l’université cible dans le cadre de l’Idex en vue de la mise en place d’un projet partagé et ambitieux pour l’enseignement supérieur et la recherche sur le site Lyon – Saint-Étienne.

Il invite l’ensemble des collègues, des composantes et des laboratoires du site à soutenir, par tous les moyens utiles, cette participation de l’Université Lyon 2 à l’université cible.

Janvier 2018. Les présidents des établissements lyonnais s’en donnent à cœur joie pour attaquer la présidence de Lyon 2. Du côté de l’ENS, le président (et directeur de l’Idex) ne décolère pas :

Février 2018. Tout le monde s’apprête à voter sur une Feuille de route qui acte l’exclusion de Lyon 2 des gens qui vont discuter. Le Conseil des membres et le Conseil d’administration se prononcent aussi sur ces documents.

Tout cela ressemble bien à une façon d’aller contre la volonté du Ministère, qui annonçait dans un rapport parlementaire de janvier :

Capture du 2018-02-14 13-52-18

9 février 2018. La présidence de Lyon 2 écrit à tous ses personnels :

Chers et chères collègues,

Le Conseil d’administration de l’Université de Lyon convoqué mardi prochain aura à se prononcer sur un document intitulé « Horizon 2020 – Evolution de la politique de site Lyon Saint-Etienne – Eléments de cadrage », que vous trouverez sur la page Idex de notre site.

Sans entrer dans le détail de ces « éléments de cadrage », nous attirons votre attention sur ce qui nous semble actuellement être l’enjeu principal de ce texte : la définition du périmètre de « l’université cible ». Dans un premier temps tout du moins, celle-ci comprendrait seulement cinq établissements : l’Université Claude Bernard Lyon 1, l’Université Jean Monnet Saint-Etienne, l’Université Jean Moulin Lyon 3, l’Ecole Normale Supérieure de Lyon et l’Institut National des Sciences Appliquées de Lyon. Les autres établissements membres de l’Idex pourraient, le cas échéant et seulement dans un second temps, rejoindre cette université cible à la construction de laquelle ils n’auront pas participé.

Comme nous l’avons déjà indiqué dans le message que nous vous avons adressé le 12 décembre dernier, la mise à l’écart de notre université n’est pas admissible :

  • Cette éviction n’est pas recevable du point de vue de la méthode de construction du projet et des modalités de prise de décision collective Elle ne prend pas en compte la position de notre établissement, exprimée notamment par une délibération de son Conseil d’administration.
  • Elle n’est pas acceptable pour l’Université Lyon 2 qui se trouverait ainsi marginalisée quand les trois autres universités du site feraient partie du périmètre de l’université cible.
  • Elle n’est pas pertinente pour le projet Idex lui-même : l’université cible se priverait de la sorte de l’université la plus dynamique dans le domaine de la recherche en Arts, lettres, langues, droit, économie, gestion et sciences humaines et sociales.
  • Elle n’est pas cohérente pour la structuration du site : elle remet en cause le travail mené depuis des années en vue de mieux coordonner les activités de formation et de recherche dans nos domaines disciplinaires.

Depuis l’annonce de cette éviction, début décembre, nous n’avons eu de cesse que d’affirmer notre volonté de contribuer à la construction de ce projet collectif et de souligner l’aberration de la configuration proposée. Nous avons interpelé à ce sujet le Ministère, le CNRS, le Secrétariat général pour l’investissement. Plusieurs composantes et laboratoires ont de leur côté fait part aux acteurs du site de leur incompréhension face à cette situation et de leur demande de voir Lyon 2 participer au projet. Ces prises de position convergentes n’ont pas été entendues et le texte mis au vote mardi prochain vise à acter institutionnellement ce qui ne relevait jusqu’alors que d’une déclaration d’intention.

Au titre de notre établissement, nous porterons avec détermination au Conseil d’administration de l’Université de Lyon notre volonté de participer à la construction d’un projet partagé et nous rappellerons la nécessité de redéfinir les contours de l’université cible. Nous nous prononcerons contre la politique de site et le périmètre de l’université cible proposés dans le document soumis aux administrateur/trices et les engagerons à faire de même pour défendre une politique de site ambitieuse et cohérente.

Nous tenions à vous informer de cette situation avant la réunion de ce Conseil d’administration et reviendrons vers vous dès la semaine prochaine pour faire un nouveau point.

Bien sincèrement,
L’équipe présidentielle

12 février 2018. Le CA de l’UdL approuve l’exclusion de Lyon 2 (entre-temps, 4 des 5 établissements impliqués l’ont également approuvée). L’équipe présidentielle de N. Dompnier réagit à nouveau par mail :

Chères et chers collègues,

Le Conseil d’administration de l’Université de Lyon a adopté ce jour une délibération approuvant le document intitulé « Horizon 2020 – Evolution de la politique de site Lyon Saint-Etienne – Eléments de cadrage ». Ce texte réaffirme le périmètre de l’Idex, dont l’Université Lyon 2 fait partie, et prévoit en son sein la constitution d’un nouvel établissement (l’université cible) dont notre université a été écartée. Comme nous l’indiquions dans nos précédents messages, nous considérons que cette décision est préjudiciable non seulement à notre université mais aussi à la qualité du projet Idex et à la dynamique de site, tant du point de vue de la formation que de la recherche

Pour autant, après de nombreuses démarches en vue de permettre à notre établissement de contribuer à la construction de cette université cible, nous devons à présent prendre acte de cette décision et nous tourner vers d’autres projets. Nous entrons aujourd’hui dans une période où nous allons être amené.es à penser ensemble l’avenir de notre établissement dans un nouveau contexte.

Cet avenir est évidemment fait de coopérations avec les autres établissements du site. (…) Nous allons continuer à partager des projets communs, dans le cadre des axes et des programmes Idex, au sein de la MSH, dans les structures multitutelles que nous partageons. (…)

Il nous faut positionner l’Université Lyon 2 dans ce nouveau contexte, établir collectivement sa stratégie de recherche et de formation, ses caractéristiques propres, ses domaines de spécialisation. Il nous revient de construire une politique ambitieuse pour l’établissement qui nous permette de le rendre visible et attractif, tant pour les étudiant.es que pour les partenaires scientifiques, socio-économiques et culturels, en France comme à l’étranger.

(…) Nous engagerons dans les prochaines semaines un travail de définition des grands axes de cette politique avec les composantes, les équipes de recherche et les instances de l’établissement. (…)

Bien sincèrement,
L’équipe présidentielle

Lyon 2 aurait donc décidé d’acter sa sortie de l’Université-cible ? N’allons pas trop vite, il reste du chemin à parcourir d’ici sa création en 2020. D’autant plus que 2020 verra aussi arriver à terme le mandat de Nathalie Dompnier…

En attendant, félicitons-nous du courage de l’équipe présidentielle, qui persiste aujourd’hui dans la défense des principes qu’elle s’est donnée, malgré des pressions de toutes parts.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s