Depuis fin septembre, l’association Démocratie et transparence à l’Université de Lyon (DTUL) enchaîne les communiqués de presse pour faire le point sur les enjeux liés à l’Idex et à la création de l’université-cible. Co-signés avec d’autres collectifs (nous y compris) et de nombreuses sections syndicales, ces communiqués reviennent sur les aspects financiers, légaux, organisationnels du projet.

Nous avions relayé le premier de ces communiqués : « « Université-cible » : personnels et usagers toujours dans le brouillard… », qui revenait sur l’absence de communication de nos dirigeants sur l’avenir du projet d’université-cible.

Depuis, deux autres communiqués ont suivi. Tous ont été publiés sur le site Internet dont DTUL vient de se doter.

4 octobre : « Combien coûte l’Idex ? »

« Pas un centime du fameux IDEX n’arrive aux chercheurs et aux étudiants. (…) Nous avons d’ailleurs de fortes raisons de penser que la gestion de ces quelques millions d’euros donnent lieu à gaspillages et intérêts personnels. Par exemple, la presse a déjà fait état du coût exorbitant des différents « cabinets de conseil » privés dont s’entoure l’exécutif, avec bien peu de résultats ! Rappelons également la rémunération indécente des membres du « Scientific Advisory Board » de l’IDEX, qui peut s’élever à plusieurs dizaines de milliers d’euros pour une simple réunion, pour quelques pages de conclusions triviales dénuées de tout intérêt stratégique. (…)

Dans ces conditions, qui payera la facture ? En premier lieu les étudiants et les familles qui verront se réduire ces missions de service public ; en effet, rien de tout cela n’est mis au service de nos formations de terrain et de l’ascenseur social. L’unique objectif étant de nous rendre « compétitifs pour attirer les meilleurs étudiants du monde » (comprenons : les plus riches ?), les moyens restants seront mobilisés sur des formations ciblées. »

Lire le communiqué

12 octobre : « Légalité et démocratie universitaire, les véritables cibles de « l’université sur ordonnances » »

« Depuis février 2017, ce ne sont pas moins de huit jugements du tribunal administratif de Lyon qui ont annulé de très nombreuses décisions de l’Université de Lyon. (…) La justice administrative s’est donc déjà largement prononcée sur le fonctionnement de l’Université de Lyon, illégal durant de longues années. Jusqu’à quand l’Université de Lyon, soutenue par le ministère, pourra ainsi mépriser les multiples décisions de justice et continuer à construire une université cible dans l’illégalité et sans le consentement d’une majorité d’étudiants et de personnels ? n’en tenir aucun compte ? (…)

Ceci n’est possible que parce que notre ComUÉ est la plus anti-démocratique de France. (…) Et c’est sur ces mêmes bases illégales et anti-démocratiques qu’est en train de se constituer « l’université cible ». »

Lire le communiqué


Fondée il y a un peu plus de cinq ans, l’association DTUL compte aujourd’hui près d’une cinquantaine de membres, personnels des établissements d’enseignement supérieur et de recherche sur Lyon et Saint-Étienne, et promeut un fonctionnement démocratique et transparent de ces établissements. Aux côtés de son président Claude Danthony, elle est à l’origine de plusieurs victoires devant la justice administrative, contribuant à démontrer l’illégalité dans laquelle se complaisent nos dirigeants universitaires. Récemment encore, elle a fait reconnaître l’illégalité du CA de l’Université de Lyon.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s