Que ce soit pour son Scientific advisory board (SAB) aux jetons de présence généreux ou pour les cabinets de conseil engagés à plusieurs reprises, l’Université de Lyon ne lésine pas sur les dépenses de consulting. Cela mérite assurément un petit point d’information !

Et les heureux gagnants sont…

Nous vous faisions part il y a quelques mois du marché « Accompagnement à la construction de l’université cible » publié par l’UdL. Les 4 lots du marché ont été attribués en mai :

  • les lots 1 à 3 (« Accompagnement stratégique au pilotage de la construction de l’université cible et de l’évolution de la coordination territoriale », « Accompagnement opérationnel de la construction de l’université-cible », « Conduite du changement ») reviennent au cabinet Plein sens, qui vient d’ailleurs également de remporter un appel d’offres du même type dans la fusion de Paris 5, Paris 7 et l’IPGP ;
  • le lot 4 (« Stratégie académique ») est attribué au célèbre cabinet SIRIS academic, qui a suivi la plupart des fusions françaises de ces dernières années.

SIRIS que l’UdL connaît bien, puisque ce cabinet espagnol avait déjà été employé l’an dernier, en amont de la réflexion sur les « principes » de l’université-cible, pour un total de 70 600 €.

Et que nous coûteront ces nouveaux consultants ? Pour l’instant on n’en sait rien : « les prestations font l’objet d’accords-cadres à bons de commandes, passés sans montant minimum ni montant maximum ». Mais la convention de financement Idex passée avec l’ANR prévoit 27 M€ de dépenses de « Structuration et gouvernance » (dont 7,6 M€ de frais de fonctionnement) pour la période 2017–2019 : il y a de quoi s’offrir de bien beaux conseils.

Pour plus d’informations sur le consulting dans les universités, nous vous redirigeons vers un instructif fil Twitter.

Du côté du SAB, une production intellectuelle intense

Les choses avancent aussi pour le Scientific advisory board, ce conseil censé guider la stratégie académique de l’Idex (voir sa composition), qui s’est réuni pour la troisième fois au printemps. En revanche, aucune trace des indemnités de ses membres pour cette réunion : le montant des indemnités versées pour la précédente réunion (23 000 € pour une journée, dont 10 000 € pour la seule présidente !) avait fait grincer suffisamment de dents pour qu’on les cache désormais sous le tapis…

Et que nous enseignent ces Sages pour cette somme rondelette ? Nous avons pu avoir accès aux trois pages de conclusions de leur réunion du 15 novembre, qui commencent par la recette magique de l’excellence :

Regarding construction of the excellence agenda, a strong attention should be paid to the two main ingredients that make a great university: researchers and students.

  1. Hiring the best persons. (…)

  2. Recruiting the best students.

À peine remis de cet éclairage foudroyant (un peu éloigné, cependant, de l’idée d’une Université ouverte à tou⋅tes…), jetons un œil à la suite des recommandations :

  • des bourses individuelles pour inciter les chercheur⋅es à déposer des projets ERC (50 à 200 k€ par an sur deux ans), avec réduction de la « teaching load » et financement de la recherche préparatoire au dépôt d’un projet,
  • des bourses pour soutenir des petits groupes de chercheurs développant un champ émergent (600 à 1800 k€ sur trois ans), pour leur permettre d’« achieve breakthrough »,
  • un programme de recrutement de « key leaders » sur des tenure-tracks de trois ans débouchant sur un poste permanent (avec maintien d’un salaire mirobolant sur statut contractuel ? on n’en saura pas plus…), avec financement entre 750 k€ et 1,2 M€ : de quoi commencer à distinguer les chercheurs excellents de la plèbe (et à aligner les salaires en conséquence).

Ces trois programmes, recommandait le SAB, devaient être lancés en décembre 2017 pour une étude des candidatures au printemps.

Et à la surprise générale, un mois plus tard les programmes apparaissent en grande pompe… Comme quoi l’Idex sait aller vite, quand elle veut — à moins que le SAB ait eu le bon goût de proposer des programmes qui étaient justement ceux que prévoyait l’UdL.


Note du 22 juillet : en relisant le compte-rendu plus attentivement que nous ne l’avions fait, on découvre qu’en effet, les recommandations du SAB reprennent les programmes prévus… dans l’ordre du jour. Ça valait bien une réunion à 23 k€, non ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s